Le Petit Prince adapté

Mark Osborne qui a aussi réalisé le premier Kung-Fu Panda  a pris le risque d’adapter au cinéma un chef d’oeuvre littéraire, un livre qui a marqué la jeunesse de plusieurs d’entre nous, du moins chez les adultes. Le conte d’Antoine de Saint- Exupéry est transformé par deux différentes techniques d’animation, le 3 D et le stop motion. Images animées en papier qui contrastent avec l’univers froid et logique de petite fille en 3 D. Donc au plan visuel, très réussi.

Une petite fille modèle, studieuse, déménage dans un nouveau quartier. Sa maman étant très occupée, la fillette découvre son voisinage, y compris, un vieux voisin un peu étrange, l’aviateur. Il l’initie au merveilleux monde du Petit Prince. Un monde qui est en fait un passage au monde adulte, l’amour, la jalousie, un univers rempli d’innocence et de beauté avec les personnages qui avaient su nous charmer: le petit prince, la rose, le serpent. Le tout enrobé de sauce hollywoodienne. C’est 2016  et le cinéma se permet bien des libertés.

Les puristes trouveront que l’histoire prend une différente direction. Un peu comme les adeptes des Pays d’en haut qui suivent la nouvelle série à la télé,  trouvent que l’histoire n’est plus exactement la même ! Le réalisateur a ajouté un 3 e acte. La fillette cherche un petit prince devenu grand. Scènes trépidantes, des bons, des méchants. Une petite merveille esthétique créée en bonne partie par nos artisans montréalais. Donc une oeuvre de chez nous !

Les enfants seront enchantés. Et les adultes vivront une différente aventure. Une adaptation entre fidélité et liberté. Mais toujours la magie du cinéma !

Micheline
Fidèle cliente du Cinéma Aylmer, Micheline est une passionnée de cinéma. Elle ne râte aucun film, aucun festival. Chaque mois elle partage ses coups de cœur avec vous.