1.54 percutant et émouvant !

Yan England (connu comme comédien et réalisateur de courts métrages, dont Henri qui a été en nomination aux Oscars 2013) nous offre comme premier long métrage, un thriller psychologique. 1.54 prend place dans une vraie école secondaire. Et pour pousser à fond le réalisme, certaines scènes ont même été tournées à l’insu des élèves. Ce qui rajoute une couche d’intensité aux jeunes comédiens.

Une bonne cuvée de jeunes comédiens québécois, dont Antoine-Oliver Pilon (Frissons des Collines, Le clip vidéo de Indochine, Mommy, Mémoires vives) , Lou-Pascal Tremblay Aurélie Laflamme, Apparences, La touchante pub de crème sur air de J’aime ta grand-mère), Sophie Nélisse (Monsieur Lazarre, la voleuse de livres, Endorphine, Toute la vérité) et Robert Naylor (101/2, Aurélie Laflamme, 30 vies, District 31) . Et Yan England lui-même connait la vie de comédiens et des adolescents, étant aussi entraîneur de natation.

L’intrigue fait évoluer des rivaux, Antoine-Olivier et Lou-Pascal, qui pourtant sont de bons amis dans la vraie vie, développe un thème qu’on voudrait voir résolu, l’intimidation. C’est un premier film avec des imperfections, surtout au niveau du contenant, mais par contre le contenu a le mérite d’être juste, ne se fait pas moraliste et soulèvera de bonnes discussions. Le jeu de Antoine-Olivier Pilon est remarquable et lui a mérité le Valois de la meilleure interprétation masculine au Festival d’Angoulème et le film lui-même a aussi mérité le Valois du meilleur film de ce festival du film francophone. Un film à voir !

Micheline
Fidèle cliente du Cinéma Aylmer, Micheline est une passionnée de cinéma. Elle ne rate aucun film, aucun festival. Chaque mois elle partage ses coups de cœur avec vous.